A Bible ouverte :

Pendant la période de confinement, notre Église s'est lancé le défi de lire ensemble la Bible. Après le livre des Actes, l'épître aux Romains, nous poursuivons avec le livre des Psaumes. A côté de notre lecture habituelle, nous vous proposons de lire ensemble un psaume chaque jour. Vous trouverez sur cette page des encouragements pour méditer des psaumes, ainsi que des réflexions sur l'un ou l'autre psaume. En priant que la lecture de ce livre nourrisse votre foi et votre adoration pendant ces moments difficiles !

 

Ce qui se passe autour du sommeil en dit long sur notre satisfaction. C’est un thème commun qu’on retrouve dans les psaumes 3 et 4 !

Dans le psaume 3, David à cause de ses propres fautes a fait preuve de mollesse et de sentimentalisme dans sa famille. Il est désormais en fuite devant son fils Absalom, qui a fomenté un coup d’état contre lui ! La situation est dramatique ! Après une vie à succès, où il a suscité l’admiration de tous ceux qui l’ont suivi, David semble comme rejeté. C’est la déchéance d’une pop star, la fin d’une success story « plus de salut pour lui auprès de Dieu ! » (3.3).
Au cours de sa prière, David se rend compte que ni le bonheur familial, ni son propre succès, ne peuvent lui garantir la sécurité. La crise politique et personnelle, l’insécurité de l’exil lui rappellent que c’est en Dieu seul qu’on peut trouver la paix à laquelle nous aspirons tous ! Que je sois dans une période de vie où tout semble au beau fixe, ou alors que rien ne va plus, « si je peux me coucher et me réveiller, c’est parce que Dieu est mon soutien » (3.6). Il est celui qui me donne le souffle de vie, Il est celui en qui je peux connaître la véritable sécurité du cœur (3.9) !

Le psaume 4 fait écho au psaume 3. David est à nouveau confronté à une situation déstabilisante. L’injustice, la prospérité des "sans foi, ni loi" l’interrogent (2,8) ! Comment se fait-il qu’ils prospèrent ? David a un temps l’impression que Dieu ne fait rien, que ses prières montent dans le vide (2). Ces questions le tourmentent alors qu’il tourne et se retourne dans son lit (5). Quand soudain, sa prière l’ouvre sur son propre cœur. Il se rend compte que se plaindre du péché des autres ne sert à rien. Si nous avons des raisons de nous plaindre, c’est chacun pour notre propre péché (Lamentations 3.39). David se couche alors et s’endort en paix (9), confessant son égarement ! Dieu met dans son cœur plus de joie que ceux qu’il jalouse ne peuvent connaître ! (8)  

Le moment où la journée s’arrête, est un temps privilégié pour savoir où nous en sommes. Nous pouvons sonder à quel point tout ce que nous avons eu à affronter au cours de la journée a abîmé l’état de notre cœur ! Nous pouvons particulièrement ressentir ces situations non réglées, les frustrations qui provoquent en nous de l’amertume contre les autres et parfois même contre Dieu. Comme nous savons que ce n’est pas bien, notre réflexe premier c’est de les nier ! Mauvaise pioche…
Demandons plutôt à Dieu de nous libérer de ces ressentiments. C’est souvent eux qui nous empêchent de connaître la pleine satisfaction en Lui, la joie de sa seule présence !
Les circonstances changent, mais notre défi reste le même : convaincre notre cœur que s’approcher de Dieu est notre bien !
Crier vers Lui notre détresse, ou lui confesser notre frustration est le chemin le plus sûr vers le vrai bonheur !  

 

 

 

Une nouvelle aventure commence avec la lecture du livre des Psaumes.

Chaque livre de la Bible a sa spécificité !

Avec les psaumes, nous allons mieux comprendre notre foi. Dieu révèle sa sainteté, sa sagesse, sa toute-puissance, sans doute bien plus que dans n’importe quel autre livre biblique. Nous sommes aussi confrontés à notre insuffisance, à notre incrédulité, à notre nature pécheresse sans aucune concession !

A travers les psaumes, nous avons un condensé de toute l’histoire du salut. Selon Luther, ils donnent une vue d’ensemble de la création à la rédemption, de la chute au renouvellement de toute chose.

Mais la spécificité des psaumes, c’est bien sûr de nourrir notre adoration. Pour reprendre les mots d’Athanase un Père de l’Eglise, quel que soit votre besoin particulier, ou votre souci vous pouvez y trouver un ensemble de mots qui y feront écho et apporteront un remède à votre maladie. Aussi la spécificité des psaumes, c’est qu’ils ont été rédigés, non pas comme un enseignement théologique, mais pour être priés, récités et chantés.

Aussi, il est sans doute bon de réfléchir quelques instants à la manière dont nous allons faire cela. Plusieurs propositions de nos prédécesseurs peuvent nous être utiles.
 

Une première manière de faire :

  • Lire lentement le psaume,
  • Essayer de mémoriser certaines parties du psaume pour nous les approprier,
  • Prier autour de ce que Dieu nous aura révélé dans notre méditation.

 

Une seconde manière de faire :

  • Tourner notre regard vers Dieu (adoration) : En quoi Dieu vous émerveille-t-il dans ce psaume ? En quoi se révèle-t-il comme pleinement suffisant à notre besoin ?
  • Sonder notre cœur (confession) : Qu’est-ce que nous devrions changer dans notre vie ? Devrions-nous nous repentir d’un péché ?
  • Tendre vers l’espérance (application) : Prions Dieu pour qu’il nous aide à mettre en pratique ce qu’Il nous a révélé.

 

Une troisième manière de faire :

  • La vôtre ! Peut-être aimeriez-vous partager pendant ce temps de lecture commune, la manière dont vous vivez votre culte personnel à travers la lecture des psaumes !

 

Nous pouvons bien entendu alterner nos manières de méditer les psaumes, pour renouveler nos temps d’adoration.

Enfin, comme tout autre livre biblique, n’oublions pas que les psaumes pour être bien compris, pour nourrir notre louange, notre adoration et notre prière doivent être lus à la lumière de la croix. Certains psaumes sont considérés comme des psaumes messianiques, c’est-à-dire qu’ils nous parlent directement de Jésus (Psaume 22, Psaume 110, etc.). Mais tous finalement nous conduisent à Jésus-Christ. En nous révélant Dieu tel qu’Il est vraiment, en nous montrant le fossé qui nous sépare de Lui, en nous interrogeant sur certaines incompréhensions de la vie (jusques à quand Seigneur tarderas-tu ?), ils pointent sur notre besoin d’un Sauveur. Tous nos moments d’adoration pourraient ainsi se finir par cette louange : "Merci Seigneur de m'avoir envoyé Jésus-Christ, Il est pleinement suffisant pour répondre à tous mes besoins !"

Alors en route pour la méditation du Psaume 1, et n'hésitez pas à faire part de vos découvertes dans votre groupe de partage WhatsApp !